AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quelle horreur ! ( PV imouto Marie )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maria R. Tessarosa
Première Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 24
Localisation : Au-dessus de toi...
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Quelle horreur ! ( PV imouto Marie )   Dim 25 Jan - 20:03

  • J'en avais déjà assez de cette journée avant qu'elle ne commence. Moi, Maria Rose Tessarosa, milliardaire de par ma famille et concept de par moi, je me considérais comme la reine, et oui. Traitez moi d'égoïste, j'en ai rien à foutre, on l'est tous, moi je l'assume, ce qui fait que je m'admire encore plus. Mon cher papounet m'avait téléphoné il y a un mois, il était sur un chantier d'où il m'apprenait sa " surprise " pour moi même si je n'allais pas la " diriger ". Car oui, mon pauvre fou de père a décidé de faire un château, comme si on en avait pas assez dans le monde entier, sauf que celui là était spécial, ce serait un lycée pour l'élite de l'élite, dont moi ! Vu que mon père en sera le directeur, il me mit présidente des élèves et surtout, la représentante en chef du club d'hôtes. Il m'a même dit qu'il y avait une école de gens non nobles non loin de là, dont leur seule fierté était leur club d'hôtes et que ça en devenait pitoyable. Je sautais donc sur l'occasion, non pas pour mon papa mais pour moi-même ! Si j'arrivais à écraser cette bande d'incapables, je serais encore plus aimée, plus proclamée et je ferais de ce monde, un monde de rêve. Bref, je mettrais le lycée dont je reprendrais la direction deux-trois ans plus tard, le lycée le plus prisé du Japon voir du monde entier. Et voilà qu'aujourd'hui, on y était, à ce fameux jour de la rentrée ou plutôt, au fameux jour où je devais me familiariser avec les lieux vu que mon père voulait que je connaisse cette ville où j'allais passer mes journées même si je rentrerais chez moi après les cours. Moi, j'accepta facilement pour la simple et bonne raison de mettre mon plan à l'oeuvre pour que MON établissement, devienne l'établissement le plus populaire, le plus mondialement connu, il ne faut pas oublier le MONDIALEMENT !

    Ce matin-là donc, je m'étais levée à neuf heure, et oui, je n'allais pas me lever à six heure tout de même. Je me regarda à l'instant dans le grand miroir, l'un des nombreux qui ornaient mon immense chambre. Je ressemblais à une poupée de porcelaine au teint diaphane, aux grands yeux bruns et aux longs cheveux noirs descendant jusqu'à mes genoux en cascade lisse mais ébouriffée par la nuit. Je me retourna, dans le décolleté au dos de ma nuisette, s'afficha mon immense cicatrice que je sais cacher grâce à du maquillage. J'ouvris donc mon énorme dressing-room accolé à ma chambre et j'en sortis une courte robe rouge sang, ma couleur préférée, avec des bas blancs opaques et des longues bottes rouges décorées par de la fourrure noire. Je me dirigea ensuite vers la salle de bains où régnait une atmosphère chaude et humide. Il y avait déjà de l'eau dans l'immense baignoire. Je pénétra dans cette eau délicieusement chaude après avoir enlevé ma nuisette en soie rouge et, j'y résida pendant quelques instants, goutant à ce bonheur de détente profonde puis, je me lava le corps et les cheveux, sortis de l'eau, messuya le corps, me sécha les cheveux et me revêtit. Après quoi, je laissa mes longs cheveux doux d'un noir d'ébène éclatant pendre en les décorant de pinces brillantes, je me maquilla avec des couleurs claires, du crayon et du rimmel tous deux noirs après avoir mis mes lentilles vertes parsemées de rouges et, je fus prête. Je descendis déjeuner, cette odeur délicieuse de pancake me rappela ceux que faisait maman. Je dis sèchement au majordome qui venait de me saluer:

    " Je ne veux pas de ces pancakes, vous savez bien que je déteste ça ! "


    " Pardonnez-nous mademoiselle mais, on pensait vous faire plaisir ! Petite, vous en raffoliez ! "

    " Je n'ai justement plus cinq ans alors, dépêchez vous de me préparer un met succulent ! "
    dis-je en m'allongeant sur l'un des divans rouge et duveteux du salon, en me fichant complètement qu'on voyait les trois-quart de mes jambes. Cinq minutes plus tard, on m'avait préparé des pains au chocolat que je dégusta sans émotions alors que j'adorais ça après avoir bu du café au lait. Après quoi, je sortis dehors et m'engouffra dans la limousine. Je mis les écouteurs de mon Ipod dans les oreilles et mis une chanson à fond la caisse, " I kissed a girl " de Katy Perry.
    Une fois arrivée dans cette ville, mon chauffeur m'y déposa en me disant que je l'appellerai quand j'en aurai envie pour rentrer. Je compta faire des emplettes au Centre Commercial mais, finalement, je me dirigea vers un musée car, le musée d'une ville reflète sa culture et c'est donc leurs points faibles. Mais déjà, les premières peintures me firent bailler d'ennui:

    " Ce bleu est d'un banal et il y a une rupture trop marquée entre le ciel et la mer ! Bah au moins, ça prouve qu'ils sont cons dans cte ville ! Quand est-ce je pourrais avoir des adversaires à ma hauteur en fait parce qu'ok, ma victoire est assurée mais j'aime me battre moi quoi que non, personne n'est à ma hauteur...en plus ce musée est au trois quart vide...les gens sont d'autant plus con qu'ils n'ont pas de culture ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Alexandra Cheaster
Première Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 426
Age : 23
Localisation : Ha ha.
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Re: Quelle horreur ! ( PV imouto Marie )   Dim 25 Jan - 22:13

- Ce bleu est d'un banal et il y a une rupture trop marquée entre le ciel et la mer ! Bah au moins, ça prouve qu'ils sont cons dans c'te ville ! Quand est-ce que je pourrais avoir des adversaires à ma hauteur en fait parce qu'ok, ma victoire est assurée mais j'aime me battre moi quoi que non, personne n'est à ma hauteur ... en plus ce musée est au trois quart vide ... les gens sont d'autant plus con qu'ils n'ont pas de culture !

Et dire que ma journée avait si bien commencer. Pourquoi diable avait-il fallu qu'une telle furie débarque au musée ? Elle n'avait rien d'autre à faire de sa journée ? Je sais pas moi, allez s'acheter des vêtements qui ne fassent pas Fashion. Non mais regardez-moi ce Look de Fashion. Ce que c'est moche ! Franchement ! Une vraie petite Princesse ! Encore une Bourgeoise ? C'est pas vrai, mais ils courent tous les rues en ce moment, ça en devient effrayant ! Quoiqu'il en soit, ce n'est surement cette petite peste qui va me gacher ma journée. Déjà que je n'appréçie pas vraiment les musées si, en plus, une sale petite Princesse vient mettre son nez là-dedans, je vais exploser, moi ! Pour qui ils se prennent, franchement ? Oui, on est riche. Oui, on peut manipuler qui on veut mais sa nous donne pas le droit de critiquer tout ce qu'on voit non plus ! Mais ce n'est pas ça qui m'a le plus agacer chez elle, ce qui m'a vraiment agacer c'est son baillement. J'aurais eu envie de la gifler ! Pour qui elle se prends, sérieusement ?! Elle veut vraiment que je m'énerve ou quoi ? C'est un test ou alors elle a de grave problèmes psychologiques, cette fille !

- Si la PIMBECHE n'est pas contente, QU'ELLE S'EN AILLE plutôt que de faire CHIE* son monde !

Ah, un gros mot. Tant pis, Papa n'a pas assez d'autorité pour me punir et puis lui aussi il en dit ! Même Maman donc, crotte, hein ! J'en ai marre à la fin ! Ma journée de congé avait si bien commencer ... Ma précieuse journée de congé sans ce foutu club d'Hôtes ... TT

Eh oui, aujourd'hui on est Dimanche ! Ce qui signifie que non seulement je n'ai pas cours mais en plus, pas de cercle d'Hôtes ! Que je suis heureuse ! J'attends ce jour depuis Dimanche soir, c'était désésperant ! Je m'étais donc rêveiller assez tôt afin de profiter pleinement de ma journée de congé ! Huit heures debout ! Non, je ne me suis pas tout de suite lever, j'ai traîner au lit durant une bonne heure. Ca me permet de réfléchir, de mettre les choses au point et j'adore ça ! C'est très reposant ! Une fois bien rêveiller, je me suis lever doucement. Lorsque je me lève, je suis très lente, c'est horrible. Je mets deux ans pour aller dans ma cuisine. Je ne suis jamais rêveiller avant de prendre mon petit-déjeuner. Mes domestiques vous le confirmerons. Papa connaît mes goûts et comme petit-déjeuner j'eu l'honneur d'avoir ce que je préfére, des oeufs et du Bacon. Je sais, c'est plutôt Américain mais n'oublions pas que je ne suis pas Japonaise. ^^' La suite était on ne peut plus simple. Je fis ma toilette tout en songeant aux vêtements que j'allais porter.

Et ceci réléve parfois du défis ! La semaine, ça ne pose pas de problème, je porte l'affreux uniforme du Lycée jaune Canari. Mais le Weekend, c'est un dilemme que je redoute ! Aujourd'hui, je vais m'habiller Gothic Lolita, ça m'évitera de me prendre la tête. Je relachais donc mes cheveux, enfin, une queue basse et deux petites couettes avec mes habituels croix noir et blanche.
-comme sur mon avatar- Pour les vêtements, c'est une jupe noir avec des chaînes que je mis. Mes collants étaient rouge et noir et le haut était de la même couleur, rouge et noir. Observant le temps a travers ma fenêtre, je jugeais qu'il n'avait pas l'air de faire très froid, je pris donc un simple gilet noir Monsieur Jack -Eh oui, Monsieur Jack. *w*-

Mon chauffeur m'attendait en bas, dans la Limousine noir habituelle, la mienne. Eh oui, Papa m'avait imposé ma propre voiture. Je lui avais dit que je ferais appel à la sienne si j'avais besoin de me déplacer. Mais il avait dit que c'était mieux pour moi et pour lui. Et je ne le regrette pas, mon chauffeur est quelqu'un de très gentil et il me sert de garde du corps aussi. C'est rassurant de se savoir protéger, en sécurité, comme quand je suis dans les bras de Maman, chose plutôt rare ces temps-ci. Nous avions décidé d'aller au Musée aujourd'hui. On ne sait jamais, peut-être les oeuvres étaient-elles jolies ? Et puis, c'est tellement plus interessant que du Shopping, je détéste ça. C'est tellement fille. Tellement fashion, tellement pas moi ! Certaines oeuvres étaient vraiment très jolies, j'en fus émue, quel talent ! Mes yeux firent le tour de la salle en quelques minutes,
s'attardant sur les plus belles oeuvres tandis que je courrais partout. Une vraie gosse dans un magasin de jouets.

Et c'est là, que je l'ai vue. Devant ce tableau représentant la mer et le ciel, je l'ai vue. Elle venait tout juste de bailler et de critiquer la toile. Franchement, qu'elle petite peste !

- Cette oeuvre est magnifique, inculte. Si t'es pas contente, tu peux partir. T'as pas l'air très désirable, ici. Tout le monde te regarde bizarre et ne va pas croire que c'est parce que ton minois est joli ! Ta remarque était déplacée, ô grande Reine de ton FUCKIN' WORLD. Nous, nous ne sommes pas cons, comme tu le dis, nous appréçions l'art à sa juste valeur. Si il y a bien quelqu'un de bête ici, c'est toi. Sale petite enfant pourrie gâté. Retourne dans ton bac à sable et laisse les grands en paix, tu veux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://0oSalome-Chano0.skyrock.com
Maria R. Tessarosa
Première Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 24
Localisation : Au-dessus de toi...
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Quelle horreur ! ( PV imouto Marie )   Lun 26 Jan - 20:54

  • J'avais dit cette remarque comme on aurait dit une évidence car, ça l'était. J'ai eu des cours poussés d'histoire de l'art moi et d'art en général et de plus, j'ai d'excellents goûts, je créer la mode que des millions de gens portent et, encore, ils ne la porte pas avec autant de classe et autant de prestance que moi. Soudainement, j'entendis une petite voix fluette hurler dans mes tympans. Je ne saurai dire pourquoi, je tourna calmement ma tête vers elle, en la fixant sans une once d'émotion. Non mais, regardez moi ça, à mon avis, elle doit faire partie de ce foutu lycée d'Ouran pour me parler ainsi à moi, la Reine, la Star des Stars. Je la regardais s'énerver, elle suait à grosses gouttes la pauvre et, elle hurlait tellement que sa voix s'éraillait. En plus, elle possédait un de ces languages châtiés. Moi aussi, j'utilise parfois des insultes mais pas comme un charretier du Moyen-Âge. Enfin bref, j'étais intérieurement, très contente de cette petite rencontre, cela me donnait, une fois de plus, la preuve que les gens dans cette ville n'étaient que des animaux, enfin bref, qu'ils ne s'inquiètent plus, moi, Maria Rose Tessarosa, la fille la plus populaire et la plus riche de ce pays, j'allais faire de cette ville médiocre, la ville la plus chère et la plus sophistiquée de tout le continent, si pas du monde entier. Encore heureuse que je sois là pour sauver cette ville médiocre et ses habitants qui ne le méritent pas, je suis vraiment trop bonne ! Bientôt, cette fille comme tous les autres seront à ma botte car ils auront dans cette ville, toutes les dernières choses à la mode, même des prototypes, cette ville sera une ville futuriste et je m'y engage, et ce n'est sûrement pas une de ces filles qui me traitent de pimbêche qui va me faire peur.

    Oh mais non, comme si ça ne lui suffisait pas, à cette petite fille du peuple, elle s'énerva encore plus, me traitant d'inculte et de gamine qui devrait retourner jouer dans son bac à sable. Là, s'en était trop, je devais me retenir de rire pour ne pas érailler ma sublime voix de princesse.
    Bref, je lui répondis d'un ton hautain et moqueur, fière de ce que je suis:

    " Tu as fini petite ? Je ne sais pas si tu as remarqué mais, tu n'as plus de souffle, tu es toute rouge et en sueur. C'est moi qui te mets dans cet état ? C'est pitoyable, ma petite, tu devrais être engagée par un cirque, quoi que, je ne sais pas encore quelle place ils te donneraient entre le singe, l'éléphant ou le clown auguste. Pour ma part, j'ai une voix bien trop belle et je suis bien trop charismatique que pour m'humilier de la sorte, ça se voit bien qu'on ne vient pas du même lieu social. Je ne me justifierais pas devant toi, tu ne mérites pas ça car, ce serait des conseils pour vivre dans la haute société, où seuls les meilleurs sont acceptés. En gros, vas chier ma belle, quand on a pas de classe, on se tait. " dis-je tout en rejetant ma magnifique longue chevelure noire en arrière et en regardant les rares personnes présentes en ce lieu pourri d'un regard si perçant qu'ils en détournèrent le regard. Je ne dis plus rien, partant, m'en foutant de cette fille, ce n'est pas ce genre de petite pauvre qui dit l'assumer alors qu'elle en crève qui va venir saccager ma journée. Je décida de quitter ce lieu pourri pour boire un bon café latte glacé bien cher et bon avant de me diriger vers les magasins de vêtements les plus chics et chers de cette ville, si on en trouvait pour me refaire un petit look quoi que la plupart de mes vêtements étaient faits par mesure. Un peu plus loin, une jeune femme d'une vingtaine d'années vint me demander un autographe en me bourrant de compliments, enfin une dans cette ville qui connaissait la beauté incarnée c'est-à-dire, moi ! Cela me fit penser à mes treize ans, lorsqued j'étais avec ma bande du collège, une fille isolée, pauvre d'un collège de deux rues suivantes, était venue pour faire de sphotos de nous et les vendre au prix fort. Son plan ?! Nous provoquer pour qu'on la frappe, une de ses amies devait photographier la scène et une seconde la filmer et ainsi, souiller notre image. Seuls ses appareils multimédias ont été cassés et, elles en ont chialé et fait un caca nerveux, c'était trop tordant. Soudainement, une sonnerie de portable coupa ce beau souvenir. La sonnerie était de Katy Perry. Je décrocha donc, tout en rejetant une fois de plus, ma magnifique chevelure noire en arrière:

    " Allô ?! Oh, salut ma chérie ! Alors comme ça, tu as vu ma photo dans le magazine " Beauty Teenager Idols " ? C'est normal, j'y suis dans tous les numéros depuis même avant mon adolescence, il faut dire que personne n'a autant de classe que moi cependant, il y en a qui portent avec plus de classe et de prestance ma mode, La mode, que les autres mais, je suis celle qui la porte avec le plus de charisme...tu es d'accord avec ça ? Comme beaucoup de gens mais, ça prouve que tu as bon goût ! Où je suis ? Oh, au musée de la ville où le lycée que mon père va diriger en attendant ma majorité a été bâti car...oui, oui, mon père voulait que je me familiarise avec cette ville mais, tu verrais leur culture à ces habitants, tu t'enfuirais en courant ! Enfin, ils n'ont rien à craindre, moi la beauté absolue, la milliardaire la plus populaire du monde, je vais transformer cette cité minable de pauvre en la plus belle ville du monde ! Oui tu as raison, ils ne le méritent pas...! Bon je te laisse, je dois aller acheter mon café glacé...oui, Latte bien entendu ! Bisous ma chérie ! "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marie-Alexandra Cheaster
Première Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 426
Age : 23
Localisation : Ha ha.
Date d'inscription : 03/12/2008

MessageSujet: Re: Quelle horreur ! ( PV imouto Marie )   Mar 27 Jan - 0:28

"Tu as fini, petite ? Je ne sais pas si tu as remarqué mais, tu n'as plus de souffle, tu es toute rouge et en sueur. C'est moi qui te mets dans cet état ? C'est pitoyable, ma petite, tu devrais être engagée par un cirque, quoi que, je ne sais pas encore quelle place ils te donneraient entre le singe, l'éléphant ou le clown auguste. Pour ma part, j'ai une voix bien trop belle et je suis bien trop charismatique pour m'humilier de la sorte, ça se voit bien qu'on ne vient pas du même lieu social. Je ne me justifierais pas devant toi, tu ne mérites pas ça car, ce serait des conseils pour vivre dans la haute société, où seuls les meilleurs sont acceptés. En gros, vas chier ma belle, quand on a pas de classe, on se tait."

Si je la tue, quelqu'un m'en voudra ? Je ne suis pas un chien, elle n'a pas à me parler comme ça, la poupée Barbie. Engager dans un cirque ? Lol. Elle se croit drôle en plus, c'est tordant. Je me demande bien ce que pense ses amies derrière son dos. Elle méprise tout le temps les gens comme ça ? Est-ce qu'elle a des amies, au moins ? Qui sait ? Moi j'y crois pas vraiment. Dommage que Kimi ne soit pas là, elle se s'rait fait un plaisir de remettre la Pimbèche à sa place. Je lui raconterais sans doute tout ça demain, ce n'est pas une petite *BIP* qui va me faire pleurer. Et puis quoi encore ? Avait-elle donc besoin de lunettes ? Je ne suis pas toute rouge et je ne transpire pas ! Même si j'avoue avoir chaud. Il fait vachement chaud en ce moment, ça en devient étouffant. Je ne sais même pas ce qui me retient d'aller vers elle pour la frapper. Je hais la chaleur alors cette Pimbèche tombe vraiment au très mauvais moment. Elle m'énerve, elle m'énerve, elle m'énerve, elle m'énerve ! Se taire ? Et puis quoi encore ? Mon poing dans sa *BIP* pendant qu'on y est ? Enfin, le poing va vraiment finir par partir si elle continue ses manières de Princesse Dédaigneuse. Je veux et j'ai envie de la frapper. Mais je ne dois pas m'afficher en public. Papa m'a clairement dit que je ne devais pas salir la réputation de notre chaîne d'Hotels et du nom d'Avocat de Maman. Je dois leur faire honneur. Mais c'est tellement dur avec elle !

Je sentis mon poign se resserer autour de la lanière de mon sac à main, si je continuais a autant serrer le poing, mes ongles allaient s'enfoncer dans ma peau et j'en saignerais. Et vue que je ne supporte pas de voir mon sang couler, je risque de piquer une crise. Oui, j'ai bien dis mon sang. J'adore les films d'Horreur et les choses touchant le paranormal, voir le sang des autres ne me fait rien. Au contraire, ça me fait bien rire ! Je me souviens qu'une fois, je suis aller au cinéma avec Kaori, une de mes amies, nous sommes allées voir Mirrors et voyez-vous, à un certain moment, une jolie petite blonde s'ouvre la machoire a l'aide de ses deux mains. Elle écarte, écarte, écarte et BOUM ! Kaori est partie aux toilettes pour calmer ses maux de ventre à cause de la scène alors que moi, je riais aux éclats. Les gens de la salle m'ont tous regarder de travers. Je ne trouve pas ça bizarre pourtant. Rire d'un film d'horreur, c'est bien ! Il suffit juste de se dire que ce n'est que du cinéma ! Il fallait se calmer, je pris donc une profonde inspiration, adoptant le même regard dédaigneux que l'autre pouf' tout en affichant un sourire qui en disait long sur ce que je pensais d'elle. Elle allait partir ? Anh, super !! Je pensais donc que mon calvère était terminer, moi non plus, je n'avais plus rien à lui dire à l'autre chieuse.

"Allô ?! Oh, salut ma chérie ! Alors comme ça, tu as vu ma photo dans le magazine "Beauty Teenager Idols" ? C'est normal, j'y suis dans tous les numéros depuis même avant mon adolescence, il faut dire que personne n'a autant de classe que moi cependant, il y en a qui portent avec plus de classe et de prestance ma mode, La mode, que les autres mais, je suis celle qui la porte avec le plus de charisme ... tu es d'accord avec ça ? Comme beaucoup de gens mais, ça prouve que tu as bon goût ! Où je suis ? Oh, au musée de la ville où le lycée que mon père va diriger en attendant ma majorité a été bâti car ... oui, oui, mon père voulait que je me familirarise avec cette ville mais, tu verrais leur culture à ces habitants, tu t'enfuirais en courant ! Enfin, ils n'ont rien à craindre, moi la beautéé absolue, la milliardaire la plus populaire du monde, je vais transformer cette cité minable de pauvre en la plus belle ville du monde ! Oui tu as raison, ils ne le méritent pas ... ! Bon je te laisse, je dois aller acheter mon café glacé ... Oui, Latte bien entendu ! Bisous ma chérie !"

OH PUTAIN, C'EST PAS VRAI ?! Elle le fait exprès ? Elle veut vraiment mon poing dans sa CROTTE de tête ou quoi ?! C'est bien des attitudes de poufs, ça, appelez leurs sois-disant amies 'ma chérie'. Elle baisse encore plus dans mon estime, là. Ca devient grave; très grave même. Ah ? Mademoiselle est en couverture sur un magazine ? Ouuuah, la classe, c'est TELLEMENT PAS COMMUN. Pfff, de nos jours, il suffit d'avoir de l'argent et c'est bon, on peut aller dans n'importe quel magazine.

- Beauté absolue ... ? Mon Dieu !! Mais qu'est-ce qu'elle est superficielle ! Tu as vue tout le maquillage ou plutôt, la peinture, qu'elle se mets sur le visage, James ? Ca fait pitié. o_ô

- ... Effectivement, Mademoiselle. Mais évitez de vous attirer des ennuis, n'oubliez pas que vous devez préserver l'image de votre famille.

- Un million de plus ou de moins, Papa n'est plus à ça près ! Maman et lui sont milliardaires depuis des lustres donc je fais ce que je veux !

- ...

Pauvre James ! Et dire que c'est comme ça depuis ma naissance ! De toute façon, quoiqu'il dise, je sais qu'il m'aime bien. Moi aussi, je l'aime bien, c'est un peu comme un grand frère. Mais si il me vouvoie, chose que je n'appréçie pas trop, d'ailleurs. Marie-Aleex' suffit amplement pour lui ! Nous sommes intimes, après tout. James non plus n'est pas Japonais, nous l'avons dans notre famille depuis qu'il est Bébé, Maman la pris sous son aile pour je-ne-sais-quelle-raison mais je suis contente pour lui ! Nous sommes un peu sa famille, maintenant. Même Papa l'aime bien ! Ce qui est plutôt rare car, mise à part sa famille, Papa n'aime pas grand monde ! Un peu comme moi. Quoique je suis beaucoup plus ouverte d'esprit que Papa. Même si je suis beaucoup plus têtue, aussi. La milliardaire la plus populaire du monde ? C'est nouveau, ça ! Tout le monde en aurait entendu parler et ici, personne ne la connaît ! Du moins, pas les personnes présentent autour de nous puisqu'elles s'étaient mise à rire de la jeune Bourge, comme moi et James qui tentait de cacher son amusement même si ses lèvres, qui frémissaient, gachait tout son jeu.

- Mademoiselle a-t-elle finit de prendre ses grands airs pour impressioner le beau monde ? Faut-il lui rappeler que la plupart des personnes présentes dans ce musée sont aussi riches qu'elle ? Voir même plus, qui sait ?

Je n'ai rien contre les pauvres, seulement, on ne mélange pas les torchons et les mouchoirs en soie. Il faut bien rester dans son camp social, non ? Quoique Kimi est ma seule connaissance Prolètaire et je l'appréçie beaucoup ! Seulement ce musée était réservé aux plus riches de la ville, pourquoi ? Parce que les pauvres, sans manières polies, se permettraient de toucher à tout et de faire du bruit. Ils sont tellement sans gêne parfois, c'est agaçant. Oh my god, I hate this girl ... Parlez Anglais fait du bien, parfois. Donc bon, chacun son truc pour calmer sa colère !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://0oSalome-Chano0.skyrock.com
Maria R. Tessarosa
Première Année
avatar

Féminin
Nombre de messages : 31
Age : 24
Localisation : Au-dessus de toi...
Date d'inscription : 25/01/2009

MessageSujet: Re: Quelle horreur ! ( PV imouto Marie )   Mar 27 Jan - 21:29

hj: " les torchons et les mouchoirs en soie " c'est moi qui ai dit ça lol

  • Je venais de raccrocher, oubliant cette fille pitoyable. Visiblement, mes paroles n'ont pas du faire plaisir à cette petite outragée qui se fit un plaisir de venir m'agresser à nouveau. Elle, plus riche que moi ?! J'aimerais bien voir ça, étant multi-milliardaire. De plus, je suis l'égérie de tous les plus grands magasines de mode, je me serais rendue compte un minimum si elle était " people ". Bref, je me retourna à nouveau vers elle, sans rien dire. J'avais d'ailleurs entendue une petite voix fluette de gamine parler à un certain James ! Oh mon dieu, c'était ça son chauffeur ?! Un vrai prénom pour chauffeur, en clair, on aurait dit que ce gars avait dû changer de prénom pour se faire engager. Henry était quand même classe tout en restant un prénom moins courant que James pour les chauffeurs. Bref, je la regarda, je ne répondis rien. Elle ne m'avait pas cloué le bec, loin de là mais, je n'avais rien à foutre de ses airs de gamine frustrée. Elle ne vaut pas la peine que je m'excite pour ça, c'est au moins la millième fille qui me parle comme ça en un an. C'est là que je me dis que si tous mes potes étaient là, elle serait en sang à l'heure qu'il est. Rien qu'à cette idée, j'en souris. Certes je ne le faisais pas, je m'en lave les mains comme dirait Ponce Pilate, un peu de culture générale, quoi ! Je ne suis pas une Ponce Pilate en puissance, attention mais, je suis bien trop classe et digne que pour me salir du sang impur de cette fille, riche ou pas, la richesse ne fait pas tout, il faut avant tout être classe et moi, je suis au top des deux ! Mais mes amis eux, sont juste assez biens que pour me défendre, par les mots et les mains. Une fois, ils ont battu un gars de ce même collège, un gars très laid, le petit ami de la fille qui devait nous provoquer pour qu'on la frappe. Le con aurait du venir avec un appareil photo car, je ne vous cache pas que dans la ruelle sombre derrière mon ancien collège, le sang a giclé et, ce ne fut que le sang de prolétaire de ce gars, sous les coups ce batte de mes amis bien musclés. Il a porté plainte mais, rien n'a fait, il n'avait pas de preuve. De plus, le garçon qui se croyait pur, en a été si dégouté qu'il a plaqué cette fille, j'en ai été morte de rire avec mes amis, c'est bien pour ça que je n'en ai rien à foutre des personnes comme la fille qui venait de me faire une leçon de moral. Je la regarda facilement d'un regard qui voulait dire " Tu fais vraiment pitié à voir ! ", sans rien dire, sans un sourire, comme ça, si cette fille voulait me frapper, elle n'aurait aucune preuve de mes dires noin dits car, comme on dit souvent, les paroles s'envolent, les écrits restent, enfin bref. Je la regarda trente secondes avant de lui tourner le dos, hautainement et dédaigneuse, je ne voulais pas souiller mon sublime regard tout de même.

    Je me dirigea donc vers la sortie, tout en pensant au festin que j'allais me faire ! Un petit gâteau de luxe avec un café Latte. Rien que d'y penser, j'en eu l'eau à la bouche ! Attention, cela reste une image, je ne suis pas un toutou qui bave devant son os tout de même ! Si je devais être un animal, je serais un chat blanc et gracieux. Je pris donc mon GSM, tout en profitant de ça pour admirer mes sublimes ongles manucurés et posa le curseur rouge de mon portable sur le prénom de mon chauffeur pour ensuite, coller de manière royale le téléphone à mon oreille ! La sonnerie s'éternisa, je tapota du pied, sentant la colère monter en moi ! Henry était là uniquement pour me servir, il ne vivait que pour faire mon bonheur ! Lorsqu'il décrocha enfin, je déclara furieuse, sans crier pour préserver ma splendide voix de déesse:

    " Henry ! Combien de fois devrais-je vous le répéter ! On ne me fait pas attendre comme ça ! Je me fiche pertinament de vos excuses bidons, si vous étiez aux toilettes ou je ne sais quelle autre raison débile et écoutez-moi ! J'exige que vous alliez me chercher mon café Latte et un Star Cake three chocolates ! Ensuite, venez me chercher immédiatement ! Allez, bougez vous le...! Oui, au revoir ! "
    dis-je en raccrochant avant qu'il n'ait pu répondre et ouvrit la grande porte du musée pour m'engouffrer à l'extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelle horreur ! ( PV imouto Marie )   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelle horreur ! ( PV imouto Marie )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marie-Michelle Duvivier Pierre-Louis chwazi premye minis presanti
» Quelle est la base du développement ?
» AN EXCLUSIVE INTERVIEW WITH MARIE FLORE LINDOR-LATORTUE
» Quelle est votre bande de prédilection?
» Marie Fouquet [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ouran Gakuen :: Autres Lieux :: La Ville :: Musée-
Sauter vers: